L'ART FANTASTIQUE DE JÉRÔME BOSCH

L'ART FANTASTIQUE DE JÉRÔME BOSCH

Parlez de fantastique ce n'est pas seulement évoquer la littérature ou le cinéma.
Cela passe aussi par d'autres modes d'expression artistiques et la peinture ne manque pas de représentants emblématiques.
Le néerlandais Jérôme Bosch en fait partie.
En soit, le peintre est déjà un mystère. La date exacte de sa naissance reste inconnue (aux environs de 1450 et il décède en 1516), ses influences artistiques très floues et même la paternité de ses œuvres discutables puisque beaucoup de tableaux n'étaient pas signés et que l'on sait qu'il avait de nombreux suiveurs, des épigones inconnus qui pourraient tout autant revendiquer la réalisation de ces œuvres.
Les avancées scientifiques permettent une meilleure datation de certains tableaux mais la vie, les œuvres et les motivations de Bosch ne manquent pas de zones d'ombre.

À cheval sur le Moyen-Âge et la Renaissance, Jérôme Bosch se distingue de ses contemporains par une iconographie insolite, emplie de paysages surréalistes, d'êtres hybrides et de scènes loufoques. Autant l'on connait ses héritiers, comme Brueghel L'Ancien (né vers 1525, mort en 1569), autant on a du mal à trouver chez ses prédécesseurs, des artistes à l'imaginaire aussi foisonnant dont il aurait pu s'inspirer.

Extrait de chaque panneau du tryptique Le jardin des délices : Le Paradis et la présentation d'Ève ; L'Humanité avant le déluge ; L'enfer (cliquez pour agrandir)Extrait de chaque panneau du tryptique Le jardin des délices : Le Paradis et la présentation d'Ève ; L'Humanité avant le déluge ; L'enfer (cliquez pour agrandir)
Extrait de chaque panneau du tryptique Le jardin des délices : Le Paradis et la présentation d'Ève ; L'Humanité avant le déluge ; L'enfer (cliquez pour agrandir)

Extrait de chaque panneau du tryptique Le jardin des délices : Le Paradis et la présentation d'Ève ; L'Humanité avant le déluge ; L'enfer (cliquez pour agrandir)

Ce qui nous apparait comme fantastique chez Bosch, ce sont ses créatures, ses diables, son bestiaire médiéval, ses paysages, ses scénettes improbables de tortures et de mutilations enrobant des scènes carrément orgiaques. Tout ceci pouvant faire passer le peintre pour un hérétique de premier ordre. Et certainement un patient adéquat pour les psychanalystes du futur.
Le fantastique réside aussi en la sensation, en la perception que l'on a de nos jours pour une œuvre difficile à décrypter. De nombreux codes nous sont étrangers ou perdus. Il est probable qu'un grand nombre d'assemblages inattendus viennent d'adages néerlandais oubliés dont le peintre comme le peuple était friand.
En fait, la fonction première de sa peinture est l'illustration religieuse. C'est pourquoi une majorité de ses œuvres est faite de triptyques ; des retables réalisés sur commande en totale conformité avec le christianisme et son moralisme. Jérôme Bosch y dénonce l'hérésie et la luxure et illustre parfaitement l'Enfer qui attend ceux qui s'y adonnent.

Pour aborder l’œuvre du peintre, il faut certes s'accompagner de quelques ouvrages accessibles mais surtout s'arrêter longuement sur les tableaux. Tous riches d'une multitude de détails, il faut prendre le temps. S'aventurer dans chaque recoin. Absorber les couleurs, les visages, la faune et la flore. Se laisser totalement capter par l'ambiance particulière de son iconographie.

Compléments (cliquez pour agrandir)Compléments (cliquez pour agrandir)Compléments (cliquez pour agrandir)

Compléments (cliquez pour agrandir)


À voir, à lire
Le mystère de Jérôme Bosch, documentaire de Jose Luis Lopez-Linares [86', 2016, DVD]
► Plusieurs documentaires sur Youtube.
► Le site comprendrelapeinture.com offre un visuel en très haute résolution du Jardin des Délices et quelques clés d'analyse.
► La collection ABCdaire (Flammarion) permet à moindre coût et de façon concise, documentée et illustrée, d'aborder différents thèmes - Art, Histoire, Patrimoine, Sciences... En fermant celui sur Jérôme Bosch, on a vraiment l'impression de s'être approprié ce peintre auréolé de mystère. Les tableaux sont très bien reproduits, et les mots-clés qui constituent le lexique alphabétique sont pointus et précis. Inutile donc d'investir dans des ouvrages lourds, chers, universitaires et trop érudits. Ceci vient plus tard, quand le charme opère et qu'on est prêt à passer à la vitesse supérieure.
► On trouvera aussi quelques passages très intéressants sur le peintre dans L'Art fantastique de Marcel Brion (1961-réed.1989, Albin Michel) incontournable sur le sujet.
 

Crédits textes ©2017-2020 Herveline Vinchon - Cet article a été écrit en octobre 2017 pour le blog de la Librairie Soleil Vert et mis à jour en mars 2020 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Koyolite Tseila 10/03/2020 09:50

Quelle jolie découverte ! Je ne connaissais pas du tout ce peintre. Merci pour ce bel article et de m'avoir permis de découvrir de belles peintures sur le thème du Fantastique.

Erwelyn 12/03/2020 07:38

Avec plaisir ☺