LE SLASHER EN LITTÉRATURE : DEUX EXEMPLES DE ROMANS

LE SLASHER EN LITTÉRATURE : DEUX EXEMPLES DE ROMANS

Qu'est-ce qu'un slasher ? Appelé aussi slasher movie, c'est un genre cinématographique qui met systématiquement en scène les meurtres d’un tueur psychopathe, parfois défiguré ou masqué, éliminant méthodiquement les membres d'un groupe de jeunes, majoritairement à l’arme blanche. Quelques exemples notoires Black Christmas de Bob Clark (1974), Halloween de John Carpenter (1978), Vendredi 13 de Sean S. Cunningham (1980), Massacre au camp d'été de Robert Hiltzik (1983), Scream de Wes Craven (1996).

LE SLASHER EN LITTÉRATURE : DEUX EXEMPLES DE ROMANS

Mais le slasher est-il transposable en littérature ?
La littérature d'horreur existe depuis très longtemps et des collections comme Pocket Terreur ont fait dans les années 90 la part belle aux thrillers horrifiques faisant découvrir des auteurs tels que Graham Masterton, Peter Straub, Dean Koontz ou James Herbert. Les tueurs en série y étaient déjà très présents mais bizarrement peu d'entre eux n'étaient alors encore influencés par les movie slashers. En effet, pour que l'on puisse parler de slasher, encore faut-il mettre en place chacun des codes de la définition apportée ci-dessus.
Aussi voici deux exemples concluants : 10000 litres d'horreur de Thomas Gunzing et Scream test de Grégoire Hervier, parus tous les deux en 2007 et chez le même éditeur Le Diable Vauvert.

10000 litres d'horreur


Pitch
Cinq jeunes universitaires décident de passer quelques jours dans un bungalow perdu au bord d'un lac pour se détendre après leurs examens. À la nuit tombée, ils aperçoivent une ombre qui les observe en lisière de la forêt. La présence hostile d'un voisinage des plus étranges les plonge dans un terrifiant cauchemar.
 

Thomas Gunzig, se fait clairement plaisir ; on sent la jubilation sous la plume. Il rend hommage avec humour à des genres majoritairement traités au cinéma et c'est ce qui rend la lecture très jouissive. Au slasher, l'auteur ajoute du survival horrifique qu'on retrouve à l'écran dans le génial Descent de Neil Marshall (2005) ou dans le perturbant remake de La Colline a des yeux d'Alexandre Aja (2005). Le récit est parfaitement codé et tous les amateurs approuveront. Gunzig ose même un sous-titre engagé : « Modeste contribution à une sous-culture ». En effet, le cinéma tout comme la littérature de (mauvais) genres n'a que rarement bonne presse.
Ainsi donc, en quelques pages, le récit bascule comme il se doit dans l'horreur absolue et bien malin celui qui croira s'en sortir.


♦ Il faut aussi signaler les illustrations de Stéphane Blanquet, un artiste plasticien et dessinateur dont l'imaginaire s'accorde parfaitement au roman.
 

LE SLASHER EN LITTÉRATURE : DEUX EXEMPLES DE ROMANS

Scream test


Pitch
À Los Angeles, sept jeunes gens disparaissent. Ils ont pour point commun d'avoir participé à des castings de reality shows. L'enquête menée par le lieutenant Clara Redfield connaît un rebondissement inattendu lorsqu'on découvre que les disparus sont les candidats d'une émission de télé réalité diffusée sur Internet, « The last one » dont le terrifiant concept est que le perdant du jour sera exécuté en direct...
 

En plaçant son terrible thriller dans l'univers des reality-shows, Grégoire Hervier dénonce la surenchère médiatique qui a vérolé depuis quelques années nos petits écrans. On y retrouve les codes du slasher avec l'originalité de rendre les exécutions visibles par les téléspectateurs. Cela donne un premier roman très réussi, rythmé, au scénario bien calibré et angoissant auquel se greffe savoureusement gore et l'humour.


♦ À noter que le livre est sorti depuis en Livre de poche, avec une couverture tout ce qu'il y a de politiquement correct autrement dit sans une goutte de sang.
 


Pour compléter ses connaissances du slasher
Les slashers ou la pureté cinématographique de Jérémy Belando, essai aux éditions Ocrée (2018)
♦ Une liste de slasher movies très exhaustive sur Wikipédia
♦ Une liste de romans sur « Scifi-Universe » tous ne sont pas des slashers, mais ce sont de bonnes pistes de lectures
♦ Une série TV qui porte bien son nom Slasher
♦ et enfin un super podcast « VHS et Canapé » à écouter : Y a les bons et les mauvais slahers


Thomas Gunzig
10000 litres d'horreur pure
♦ Au diable vauvert (EAN 9782846261456)
♣ a obtenu le Prix Masterton en 2008

Grégoire Hervier
Scream test
♦ Au diable vauvert ou Livre de poche (EAN 9782253121718)
♣ a obtenu le Prix Polar derrière les murs et le Prix Méditerranée des Lycéens 2007

 


Crédits images & textes ©2012-2020 Herveline Vinchon - Articles publiés sur l'ancien blog de la librairie Soleil Vert en novembre 2008 et mis à jour en juin 2020 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article