LARRY BEINHART- LE BIBLIOTHÉCAIRE (2004)

LARRY BEINHART- LE BIBLIOTHÉCAIRE (2004)


Quatrième de couverture
David Goldberg, homme tranquille sinon banal, devient du jour au lendemain le bibliothécaire privé d'un vieillard acariâtre et multimillionnaire. Alan Stowe a bâti sa fortune dans l'industrie et il n'existe pas d'esprit plus cynique que le sien. Il est surtout, à quelques jours d'une élection présidentielle serrée, le plus grand bailleur de fonds du parti républicain. Goldberg, à classer les papiers de l'homme d'affaires, se retrouve traqué. Il faut dire que le Président sortant, candidat à sa propre succession, gosse de riche va-t-en-guerre et ancien alcoolique reconverti en fou de Dieu, voit d'un très mauvais œil les possibles découvertes de Goldberg. Le 11-Septembre est passé par là. Les services secrets détiennent les pleins pouvoirs. Tuer un homme est un devoir lorsqu'il s'agit de préserver le Bien.
Les critiques les plus virulentes de l'administration Bush ne viennent pas toujours de la " vieille Europe ".
 

Larry Beinhart est un écrivain aux multiples facettes C’est ainsi qu’il a exercé les métiers de scénariste, animateur pour la télévision et journaliste politique. Cette dernière activité explique sa passion pour les intrigues politiques. Son précédent roman Reality Show (American hero ou Wag the dog en anglais, 1993) a été adapté au cinéma en 1998 par Barry Levinson sous le titre Des hommes d’influence.
 

Tous les moyens sont bons

Larry Beinhart explique à merveille comment les candidats à une élection et leur entourage usent de tous les moyens dont ils disposent pour se maintenir à leur poste. Cela signifie plusieurs choses. D’une part, que plus les moyens sont importants (matériels, financiers, puissance médiatique) plus ils ont de chances d’y parvenir, et d’autre part, qu’ils ont besoin de rechercher constamment des soutiens financiers et que par conséquent, une grande partie de l’activité politique repose sur le clientélisme. Ce clientélisme sévit d’ailleurs à tous les étages, permet de s’offrir les bonnes grâces des personnes utiles, de verrouiller certains votes stratégiques, et de faire pression quand c’est nécessaire. Bien sûr, ils doivent ensuite renvoyer l’ascenseur, et gouverner dans le sens des intérêts de ce petit cercle …
Quid des intérêts du plus grand nombre ? Ceux que l’on appelle le « peuple » ? … Qui ça ?
L’auteur qui a « grenouillé » par son métier de journaliste politique dans ce petit monde des avides du pouvoir connait parfaitement les rouages du système et il en décrit avec talent le fonctionnement. David Golberg, le bibliothécaire, se retrouve quasiment par hasard au service d’un homme riche et puissant, soutien financier du Président à la conquête d’un deuxième mandat. Bien sûr, David dans son travail d’archivage, découvre des documents qui le mettent rapidement au cœur du secret des activités de son patron. Il doit faire face à une alternative : faire comme s’il n’avait rien vu et continuer sa mission, ou fuir et dénoncer le complot et risquer sa vie. Commence alors une cavale au suspense bien rythmé.
Ce roman qui se lit comme on regarde un bon film. L’action est omniprésente, le scénario réaliste et très bien mené. Les personnages sont tellement criants de vérité que l’on croit en reconnaitre certains… Mais à l’arrivée, on ne se fait pas trop d’illusions sur nos systèmes électoraux et sur le fonctionnement de nos « démocraties ».


Larry Beinhart
Le bibliothécaire (The Librarian, 2004)
♦ Folio Policier

 

 

Crédits images et textes ©2018-2020 Dominique Guégan & Herveline Vinchon - Article publié sur l'ancien blog de la librairie Soleil Vert en janvier 2018 et mis à jour en septembre 2020 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article