SANDRINE COLLETTE - UN VENT DE CENDRES (2014)

SANDRINE COLLETTE - UN VENT DE CENDRES (2014)


Quatrième de couverture
Des années plus tôt, un accident l'a défiguré. Depuis, il vit reclus dans sa grande maison. Jusqu'au jour où surgit Camille... Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d'un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l'endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus. Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n'en démord pas. L'étrange fascination d'Octave pour Camille, pour ses cheveux d'un blond presque blanc, le met mal à l'aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure. Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n'est plus là. Personne ne semble s'en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix. Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé ?
 

Un vent de cendres est le second roman de Sandrine Collette qui, après le surprenant Des nœuds d'acier paru en 2013 et gratifié du Grand Prix de Littérature Policière, ancra l'auteure parmi les plus grandes découvertes du polar français.
C'est de nouveau une histoire sombre mais, heureusement bien différente de la première.
C'est l'histoire d'un accident. Un accident si terrible que même lorsqu'on y survit, on y laisse sa raison. Et Octave avec son visage barré du front à la mâchoire le sait bien. C'est l'histoire d'Octave, dix ans plus tard, à la tête d'un petit domaine viticole. C'est l'histoire de Camille, venue passer une semaine pour les vendanges. Encore une fois, Sandrine Collette évoque des personnages torturés, en perdition. Mais la forme, les décors, les thèmes sont complètement inversés. Ce nouveau roman pourrait presque être l'antithèse des Noeuds d'acier. Où il y avait une maison, un huis-clos et pas plus de cinq personnages, on a ici un domaine où l'on entre, d'où l'on sort, plusieurs bâtiments, plusieurs protagonistes, des vignes, de l'espace. La nature antérieurement plus hostile est ici nourricière, salvatrice. Là où l'on ne riait quasiment pas, où les moments de joie se changeaient en torture, ici, on s'amuse, on blague, on boit, on échange des regards, on fait l'amour. Et Camille est le pendant féminin de Théo. Lui enfermé dans une maison, elle prisonnière à ciel ouvert. Enfin, alors que des Nœuds d'acier pouvait se passer n'importe où en France, Un vent de cendre se situe dans le Morvan, la terre de Sandrine Collette.
À ciel ouvert, disais-je ? mais pas moins étouffant. Le processus s'amorce par la rencontre entre Camille et Octave. Une relation étrange, frustrée, faite de non-dits, de mystères, de doutes et d'incertitudes. Un rapport de force magnifiquement disséqué par l'auteur qui démontre encore sa capacité à décrire la psychologie humaine. Elle y ajoute un ingrédient qui manquait dans son premier roman : une disparition. Fil conducteur de l'histoire, elle fait basculer le récit vers le thriller et ce de manière crescendo jusqu'au bout du bout et amène le lecteur à tenter lui aussi d'en percer l'énigme. Il n'y a pas dans le récit une volonté absolue de créer des fausses pistes. Et peut-être ai-je été un peu déçue au début par l'évidence des faits. Je m'étais surprise à tenter de percer à jours des personnages qui finalement n'avaient rien à se reprocher. Mais en refermant le roman, j'ai finalement consenti au fait que rien ne pouvait se passer autrement. Il y a une logique imparable à cette sordide romance où innocence et folie s'entrechoquent. Encore une fois, on ferme le roman un peu chamboulé mais avec le plaisir d'avoir lu un grand livre. Certes sombre, dur, troublant, mais franchement bon. Encore.


Sandrine Collette Un vent de cendres
🏆 Prix des Lecteurs 2014
♦ Livre de Poche

 

 

Crédits images, textes ©2014-2020 Herveline Vinchon - Article publié sur l'ancien blog de la librairie Soleil Vert en janvier 2011 et mis à jour en octobre 2020 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article