📃🎵 GUSTAV HOLST - LES PLANÈTES : MARS, THE BRINGER OF WAR (1914)

📃🎵 GUSTAV HOLST - LES PLANÈTES : MARS, THE BRINGER OF WAR (1914)


ÉDITO

C'est en faisant des recherches sur les musiques potentiellement « martiennes » comme je l'entends dans le cadre de l'imaginaire populaire de notre rubrique 👉 Culture Martienne, que j'ai découvert cette composition de Gustav Holst.
Mars est ici la représentation de Mars, le Dieu des combats et des guerriers dans la mythologie romaine. Chacune des autres planètes évoquées est aussi la matérialisation des Dieux archaïques et par extension de la « science occulte que l'on attribue à ces corps célestes. »
 

C'est le 5 juin 1926, à la salle Gaveau, que les parisiens découvrent Les Planètes (The Planets) cette œuvre pour grand orchestre de Gustav Holst, compositeur anglais alors méconnu. L'orchestre Lamoureux d'une centaine de musiciens exécute l’œuvre, dirigé par Frank Waller, un chef d'orchestre américain, invité à cette occasion.

Gustav Holst (1874-1934), compositeur anglais, était intéressé par l'astrologie et il eut l'idée des Planètes en 1913, et commença à composer en 1914 : d'abord Mars suivi par Vénus et Jupiter. Saturne, Uranus et Neptune, eux, ont tous été composés en 1915 et Mercure fut terminé en 1916.


L'ordre final des Planètes
Mars, le messager de la guerre (The Bringer of War) • Venus, la dispensatrice de paix (The Bringer of Peace)Mercure, le messager ailé (The Winged Messenger) Jupiter, le messager de joie (The Bringer of Jollity)Saturne, le messager qui apporte la vieillesse (The Bringer of Old Age)Uranus, le magicien (The Magician) • Neptune, le mystique (The Mystic
[à quoi s'ajoutera plus tard Pluton, le renouveau (The Renewer) - Pluton n'avait pas encore été découverte en 1917 - composé par l'anglais Colin Matthews à la commande de Kent Nagano, célèbre chef d'orchestre américain pour sa dernière saison avec le Hallé Orchestra de Manchester en 1999.]
 

 

À cette matinée à la salle Gaveau, les spectateurs purent découvrir cette musique à « programme ». En effet, le public parisien se vit distribué un programme au texte copieux - qu'il était indispensable de consulter avec attention - dans lequel on pouvait lire en introduction :

Il [l'ouvrage = Les planètes] traite des qualités magiques et mystérieuses que la science occulte attribue aux principaux corps célestes.

Mars, from Gustav Holst's Planet Suite, being played by The Royal Liverpool Philharmonic Orchestra and conducted by Sir Charles Mackerras

De ce poème symphonique, Mars, the bringer of war (Mars, celui qui apporte la guerre ou Mars, le belliqueux) est le premier mouvement. Composé tout juste avant le début du premier conflit mondial, en 1914, il ressemble à une prophétie.

Selon le wikipédiste qui a écrit quelques mots sur Mars : « Mars commence avec un rythme ostinato des timbales et violons frappant les cordes avec le bois de l'archet. La première mélodie (sol-ré-do#) est introduite par les bassons et les cors. Après un crescendo et un accelerando de tout l'orchestre, le deuxième thème est introduit aux trombones puis aux cors. L'intensité de la pièce augmente au fur et à mesure. Après un retour en force du premier motif, la pièce s'achève sur un accord grave quadruple forte.
Ce premier mouvement est très chaotique et inhumain, telle une marche guerrière céleste. »

Mars, en introduction, a un côté épique, qu'on retrouve aussi dans Jupiter. Il est assez incroyable, en écoutant cette œuvre aujourd'hui, d'y trouver sans doute la source d'inspiration d'un très grand nombre de compositeurs de musiques de films.

Mais voyons comment ce mouvement (et l’œuvre dans l'ensemble) était perçu en 1924 pour ceux qui assistaient à une représentation à Budapest avec Dohnanyi comme chef d'orchestre ; ou en 1926 à Paris, à Gaveau, par les critiques musicaux.

Le Menestrel du 02 février 1924

Le Menestrel du 02 février 1924

Le gaulois du 13 juin 1926

Le gaulois du 13 juin 1926


Source
Le Chicago Tribune du 25 mai 1926 (annonce)
Chippewa Herald - après mon passage, l'accès au site m'a été bloqué - erreur 451)
Le Gaulois du 13 juin 1926
Le Menestrel du 02 février 1924
 

Crédits images, textes ©2021 Herveline Vinchon - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M
Découverte surprenante . Merci
Répondre
E
Merci de ton passage par ici. ♥
M
Je suis auditeur charmé par cette symphonie des planètes, maintenant auditeur éclairé. ^^
Répondre
E
héhéhé, merci de ton intérêt ☺
J
Joliment troussé, cet article! Très documenté, je reconnais là ta patte martienne. Personnellement, je ne suis pas fan du tout de ce type de musique et de la symphonie en général. Trop de bruit, de fureur et de badadim badaboum. Mais grâce à toi j'ai découvert un compositeur dont je n'avais jamais entendu parler! C'est déjà quelque chose, non? Bravo
Répondre
E
Merci ♥