📚 NORMAN SPINRAD - LES MIROIRS DE L'ESPRIT (MIND GAME, 1980)

📚 NORMAN SPINRAD - LES MIROIRS DE L'ESPRIT (MIND GAME, 1980)


Quatrième de couverture
Un ancien écrivain de science-fiction a fondé une secte, le Transformationalisme, devenue en quelques années une puissance financière qui recrute à Hollywood parmi les stars. Le réalisateur Jack Weller, malgré son écœurement pour les méthodes de recrutement des transformationalistes, décide de s'introduire dans la secte pour récupérer sa femme qui s'est laissé séduire. Commence alors une incroyable partie de cache-cache : qui est sincère ? Qui joue la comédie ? Bien sûr, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est purement fortuite ! Une dénonciation aussi astucieuse qu'implacable de l'univers des sectes.
 

Norman Spinrad s'est toujours attacher à dénoncer la prise de pouvoir par la manipulation sous toutes ses formes. Qu'elle soit médiatique (En Direct, Jack Barron ou l'éternité, Rock Machine...), politique (Ces Hommes dans la jungle, le Printemps russe), caricaturiste (Rêve de Fer) ou comme ici psychologique. Comme le signale si bien la quatrième de couverture, « toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est purement fortuite ! » Bien sûr...mais chacun sait qu'un dénommé Ron Hubbard, auteur de science-fiction fut l'instigateur d'un mouvement similaire à celui du Transformationalisme, ici décrit sous forme de pastiche, « la scientologie ». Toujours est-il, que Spinrad, fidèle à lui-même nous aura conquis voire convaincu de la perversité manipulatrice de cette secte imaginaire dénonçant avec subtilité ces autres sectes bien réelles en nous décrivant de l'intérieur cette aventure haletante, passionnante, stressante.


Norman Spinrad Les miroirs de l'esprit (Mind Game, 1980) • Folio
 


Crédits images, textes ©2008-2021 Erwelyn - Article publié sur l'ancien blog de la librairie Soleil Vert en novembre 2008 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article