👽🎬 FORREST HOLGER-MADSEN - LE VAISSEAU DU CIEL (DAS HIMMELSKIBET, 1917)

👽🎬 FORREST HOLGER-MADSEN - LE VAISSEAU DU CIEL (DAS HIMMELSKIBET, 1917)


RÉSUMÉ DÉTAILLÉ

(Ici on divulgache) (Côte martienne ♦♦♦) Le capitaine Avanti Planetaros est reçu par son père, sa sœur Corona et son petit ami l'ingénieur Krafft, et un collègue de son père, le professeur Dubius. Il prend conscience des mystères que le cosmos renferme. Il devient un pilote émérite montant toujours plus haut dans le ciel. « Si seulement on pouvait construire un pont entre les planètes ». Il demande alors à Krafft de lui construire un vaisseau spatial. Les travaux se terminent enfin au bout de deux ans. Aventi donne alors une conférence à la Société Scientifique pour exposer son projet d'expédition vers Mars. De jeunes gens, nullement découragés, qui n'hésiteront pas à risquer leur vie, sont volontaires. David Dane est l'un d'eux. Le dubitatif, jaloux et méprisant Dubius est aussi présent. Planetaros dévoile dans une projection les premières images de Mars ainsi que celles de son vaisseau, l'Excelsior, qui pourra voler à une vitesse de 12000 km par heure grâce à un nouveau carburant.

Captures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©Himmelskibet

Captures d'écran ©Himmelskibet


Le jour du départ arrive enfin et le décollage se passe à merveille Mais au bout de six mois dans l'espace, l'angoisse de l'équipage se fait ressentir. Dane, sujet à la boisson, retombe dans son vice entraînant ses coéquipiers dans une mutinerie vite enrayée, en apparence, par Planetaros.

Captures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©Himmelskibet

Captures d'écran ©Himmelskibet


À l'approche de Mars, sur la planète elle-même, les habitants observent dans le ciel l'approche d'un mystérieux objet.
Dans le vaisseau Dane n'a pas abandonné ses velléités de rébellion et menace le capitaine. Ce dernier riposte avec son arme alors que l'Excelsior arrive trop vite sur la planète. Le voyage touche enfin à sa fin et la tension de l'équipage, soulagé, s'abaisse aussitôt.
Chacun se prépare à l'atterrissage. L'air est respirable et ils sont accueillis par les Aînés martiens avec déférence. Ces derniers communiquent par télépathie annihilant tout problème de communication.

Captures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©Himmelskibet

Captures d'écran ©Himmelskibet


Ils découvrent que les martiens observent la Terre depuis des milliers d'années. Chacun fait goûter à l'autre ce qu'il mange chez lui. Les citoyens de Mars ne connaissent pas la viande. Alors Avanti tire sur un oiseau. Pensant être agressé devant la panique que provoque le coup de feu, un terrien lance une grenade blessant gravement Marya, une martienne. Sur Mars, après des années de conflits meurtriers, l'on y vit désormais en paix depuis des siècles et l'irréparable vient de se produire. L'équipage est arrêté et mené au palais de justice où ils vont devoir se juger eux-mêmes. Ils décident de déposer les armes et de ne plus jamais tuer.

Captures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©Himmelskibet

Captures d'écran ©Himmelskibet


Durant une semaine, ils découvrent les traditions martiennes et une vie paisible et innocente. Pendant que sa famille sur Terre désespère de revoir son fils, Aventi tombe amoureux de la fille de l'Aîné. Au bout de quelques temps, Krafft demande aux martiens de l'aider à envoyer un message à la Terre pour signaler que tout se passe bien. Les astronomes envoient des signaux lumineux captés par la sœur et le père de Planétaros. Et le jour vient où il faut repartir. L'Aîné accorde le droit à sa fille de partir avec Planétaros alors que lui même se prépare pour son ultime voyage vers la mort.

Captures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©HimmelskibetCaptures d'écran ©Himmelskibet

Captures d'écran ©Himmelskibet


Sur Terre la peur et le suspense ont usé le père d'Avanti. Épuise il doit en plus essuyer les quolibets du Dr Dubius qui se réjouit de lire dans le Journal Astronomique que l'expédition est assimilée à « la fraude du siècle ». C'est à ce moment que l'observation d'un étrange objet spatial est signalée par télégraphe de Tananarivo sur l'île de Madagascar. C'est l'Excelsior qui arrive à temps pour empêcher le vieux professeur Planetaros de se suicider persuadé d'avoir mener à sa perte son fils. Mais à l'approche du sol, un terrible orage s'abat sur le vaisseau. Monté sur une colline, Dubius y est foudroyé. La foule en liesse accueille Avanti et son équipage sous un tonnerre d'applaudissements, et de mouchoirs et chapeaux agités. La jeune martienne est présentée à sa nouvelle famille, Krafft retrouve Corona et le film prend fin sur un message d'espoir et d'amour.

UN EXEMPLE D'UTOPIE

Il faut d'abord dire que Himmelskibet est le premier long-métrage consacré au vol interplanétaire et c'est pour aller sur Mars, une planète très accueillante.

Himmelskibet, produit en 1917, offre une vision particulièrement attrayante de la planète Mars. C'est un paradis fleuri, habité par de nobles hommes et femmes pacifiques, vêtus de robes blanches et parés de guirlandes de fleurs. L'accueil des Martiens est joyeux et chaleureux.
Ici la guerre a été interdite. Tout acte criminel doit être réglé par l'auto-examen du coupable au sein du « Temple de la Contemplation ». Pour aller au bout de l'utopie, le héros, purgé de tout mal après avoir tué un oiseau, épouse la plus belle des vierges martiennes, la fille du leader martien, et la ramène avec lui, sur Terre, à Copenhague, pour qu’elle puisse persuader les gouvernements d’arrêter la Première Guerre mondiale. On est loin de la noirceur
Peut-être cela a-t-il fonctionné ? la guerre prit fin en 1918, et le plaidoyer du film pour la paix internationale fut salué.
Il est clair que les Martiens ne sont pas les extraterrestres belliqueux que pensent trouver les astronautes mais au contraire, des
extraterrestres tentant de sauver l’humanité d’eux-mêmes. De nos jours, le ton du film pourrait s'apparenter à un épisode de Star Trek.


INSPIRATION
 

👽🎬 FORREST HOLGER-MADSEN - LE VAISSEAU DU CIEL (DAS HIMMELSKIBET, 1917)👽🎬 FORREST HOLGER-MADSEN - LE VAISSEAU DU CIEL (DAS HIMMELSKIBET, 1917)


Sans que l'adaptation soit officielle, ce long-métrage pourrait s'être inspiré de Die Weltensegler : Drei Jahre auf dem Mars (Les navigateurs de l'univers : Trois ans sur Mars), un roman utopiste de l'écrivain allemand Albert Daiber (1857-1928) publié en 1910. Une suite est sortie en 1914, Vom Mars zur Erde : Eine Erzählung für die reifen Jugend (De Mars à la Terre). (Source : de.wikipedia)
Les illustrations sont de Fritz Bergen (1857-1941)
Aucun de ces titres n'a été traduit mal ils sont téléchargeables en allemand ou en néerlandais sur 
👉 Project Gutenberg.
 


CONTEXTE HISTORIQUE ET CINÉMATOGRAPHIQUE

Présenté par Trapard du site 👉 les Échos d'Altaïr

L'époque du cinéma muet au Danemark n'a pas été une période très faste pour le genre Fantastique, bien que certains réalisateurs s'y soient tout de même essayés. D'ailleurs, les premiers films aux connotations fantastiques en provenance de là remontent apparemment aux premières années du cinéma. Le réalisateur danois Viggo Larsen a tourné plusieurs métrages inspirés des films de Georges Méliès vers 1907 et il réalisa et interpréta certaines des premières aventures cinématographiques du détective Sherlock Holmes produites par la célèbre Nordisk Film Kompagni danoise. L'un des épisodes de cette série est intitulé Den Graa Dame est une histoire fantastique datant de 1909.
Outre Häxan, La sorcellerie à travers les âges (1922) du Danois Benjamin Christensen mais qui fut co-produit avec la Svensk Filmindustri suédoise et 👉 Vampyr, der Traum des Allan Grey (1932) de Carl Theodor Dreyer qui est une co-production entre la France et l'Allemagne, seule Pages arrachées au livre de Satan (Blade af Satans bog, 1921) du même Dreyer est une production fantastique danoise qui sort un peu du lot. Et bien que Dreyer soit plus réputé comme ayant été un auteur de films symboliques très empreints de religiosité, il n'en reste pas moins qu'il est l'un des Maîtres du Fantastique danois. L'autre grand réalisateur symbolique danois de cette période du cinéma muet, c'est August Blom à qui l'on doit Vampyrdanserinden (1912), un des tout premiers films de vampires, ainsi que La fin du monde (Verdens Undergang, 1916), un mélange de science-fiction et de film-catastrophe, reçu par le public danois comme un véritable exutoire en pleine Première Guerre Mondiale.

Holger-Madsen • Affiche publicitaire (©Wikipédia)Holger-Madsen • Affiche publicitaire (©Wikipédia)

Holger-Madsen • Affiche publicitaire (©Wikipédia)


Et c'est ce qui nous amène au cinéaste Holger-Madsen (1878-1943) et à son film de space-opéra, Himmelskibet produit par la Nordisk Film Kompagni au milieu de la guerre. À cette période où le Danemark défendait sa neutralité politique, le gérant et fondateur de la Nordisk, Ole Olsen, écrivit un scénario de film de science-fiction sous la forme d'un plaidoyer pour la Paix. Un budget très conséquent fut employé pour le tournage de ce film à effets spéciaux mais le succès commercial ne répondit pas aux efforts mis en œuvre, et notamment pour la diffusion du film en Europe. Ceci puisque parallèlement, l'UFA (et future Universum Film AG), la société de production cinématographique de la République Allemande venait de se créer sous l'égide d'Erich Pommer et étendait déjà son influence sur un grand nombre de circuits de cinémas en Europe. Et dès la fin de la guerre le réseau de distribution et de production de la Nordisk se limita à la péninsule scandinave, notamment en faisant naître le cinéma islandais mais en jouant de la concurrence avec la toute récente Svensk Filmindustri. Ainsi, les copies existantes de Himmelskibet semblent avoir été perdues durant de très nombreuses années jusqu'à ce que l'Institut cinématographique danois, la Det Danske Filminstitut, en retrouve et en restaure une copie en 2006. Himmelskibet, mettant en scène un nombre considérable de figurants et de décors, se voulait un équivalent au cinéma spectaculaire de David Wark Griffith (Naissance d'une nation, 1915 et Intolérance, 1916). Le cinéaste Holger-Madsen rivalisant généralement d'ingéniosité et de prouesses techniques avec le réalisateur américain. Mais ce grand film de science-fiction est sûrement la dernière superproduction danoise, voire même scandinave. Ensuite, il faut attendre 1961 la sortie de Reptilicus, le monstre des mers de Sidney Pink.

DESCRIPTIONS MARTIENNES


On notera une petite chose amusante : même si on se doute que les martiens se reproduisent puisqu'il y a des hommes et des femmes, c'est uniquement durant « la dance de la chasteté » qu'on voit des enfants martiens. On notera aussi la similitude de l'accueil des Terriens par les Martiens puis par les Terriens à leur retour sur Terre. Inversement, l'opposition de leurs costumes : à l'aller tout de noir vêtus, les hommes ont un air de soldats sortis des tranchées avec leurs masques à gaz et leurs grenades à la ceinture : au retour ils sont souriants et désarmés.


Atmosphère : respirable
Communication : langage télépathique. Avec la terre : par signaux lumineux.
Connaissances : astronomie, médecine
Faune : oiseaux
Flore : forêts, arbres fruitiers, fleurs géantes lumineuses (dans « la forêt de l'amour »), des prés.
Justice : les actes criminels sont réglés par l'auto-jugement des coupables.
Mars : sorte d'Eden où chacun vit en paix.
Martiens : humanoïdes végétariens et pacifiques
Mission : exploration spatiale. Atteinte de la planète Mars en six mois en dirigeable à hélices.
Mode : les dirigeants, que des hommes, sont habillés comme des prêtres ou des cardinaux et brandissent chacun un sceptre. Les autres et les femmes sont en simple toges et munis de « robes de l'innocence » (en fait une cape)
Organisation : Les anciens, le peuple.
Paysages : variés : déserts, collines, forêts, lacs
Ressources : fruits, eau
Traditions : danse de la chasteté, culte de la mort, procession mortuaire
Ville : habitat simple en dehors du temple des Aînés. Un palais de justice, jardins...
 

Love is the force you call God

Ode que chantent les Martiens au moment du départ des Terriens


Return with a stronger faith
You connected the planets !
Space is the mother of life
embracing all our globes
« Love is the force you call God. »

Bring back the message that

we are all the same.
Understand that we are all steps
on the same ladder that leads ti eternity
« Love is the force you call God »

Our seeds you will sow on earth,

ridding you of lowly speach,
flawlessness you shall reach
through the force of love !
« Love is the force you call God. »
 


👉 Pour les plus intéressés, lire cet article passionnant s'attachant au réalisme (ou pas) scientifique sur CINÉ-SF - Les films de pré-science-fiction
 


Holger-Madsen À 14 millions de lieues de la Terre aka Le vaisseau du ciel ou The Sky Ship ou A trip to Mars ♥♥♥ (Das Himmelskibet, 1917) [Danemark • N/B • muet • 1h37] • Disponible sur 👉 Youtube (Ardoises en VO sous-titré anglais)
avec Gunnar Tolnæs, Zanny Petersen, Nicolai Neiiendam...

 


Crédits images & textes ©2014-2021 Erwelyn & Trapard - Article publié sur l'ancien blog Culture Martienne en mars 2014 et mis à jour en mai 2021 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tadloiducine 13/06/2021 21:58

Je n'avais jamais entendu parler de ce film datant de l'époque du muet... Ni d'ailleurs de ce cinéaste danois, Holger-Madsen! Je viens de voir sur Wikipedia qu'il semble avoir tourné ses derniers films dans les années 1930: je suppose donc qu'ils étaient parlants...
Merci pour la découverte

Erwelyn 14/06/2021 12:56

Merci pour ton retour. Tu as été plus curieux que moi quant au réalisateur. Je vais voir si je peux en visionner d'autres pour ma culture personnelle.

KoyoliteTseila 19/05/2021 15:12

Sympa l'approche du film, avec un accueil par des Martiens pacifistes et chaleureux. Cela change de ce que l'on montrent de nos jours, les formes extraterrestres étant trop souvent présentées comme hostiles. Je ne connais pas du tout ce film et je suis bien contente d'en entendre parler grâce à ta présentation.