📚 CHRISTOPHER PRIEST - LA SÉPARATION (THE SEPARATION, 2002)

📚 CHRISTOPHER PRIEST - LA SÉPARATION (THE SEPARATION, 2002)


Quatrième de couverture
Que s'est-il réellement passé dans la nuit du 10 au 11 mai 1941, cette nuit où Rudolf Hess s'est envolé d'Allemagne pour négocier la paix avec la Grande-Bretagne ? Son avion a-t-il été abattu par la Luftwaffe ? Hess a-t-il réussi sa mission sans en informer Adolf Hitler ? C'est à toutes ces questions que tente de répondre l'historien Stuart Gratton. Il va notamment s'intéresser au destin exceptionnel de deux frères jumeaux, Joe et Jack Sawyer, qui ont rencontré Hess en 1936 aux jeux Olympiques de Berlin.
 

Uchronie subtile, rêve éveillé, roman historique ? La séparation est un nouveau tour de force, récompensé par le prix de la British Science Fiction Association, le prix Arthur C. Clarke et le Grand Prix de l'Imaginaire, catégorie roman étranger.

Autour de deux frères anglais d'origine allemande dont la gémellité n'aura de cesse de mettre en exergue autant la dualité de leurs caractères que les faux semblants historiques, les noms de Churchill et Rudolf Hess se succèdent interagissant avec le destin des jeunes gens. D'abord roman historique, l'aspect uchronique est quasi absente d'une grande majorité du récit. Quelques détails subtilement introduits se révèleront d'une importance capitale dans l'évolution parallèle que va prendre l'Histoire.
Si cette dernière s'étend de 1936 à 1999, la charnière critique se situe entre 1940-1941, durant laquelle Churchill, tout à sa gloire dans une Angleterre dévastée par les bombardements de la Luftwaffe, cherche à tout prix à résister à Hitler, ignorant de fait les possibilités de paix recherchées par des volontés moins bellicistes qui ont trouvé tout naturellement leur place sous le drapeau neutre de la Croix Rouge.
Christopher Priest revisite l'Histoire des deux pays, Angleterre et Allemagne, et choisit pour ça plusieurs angles mais évite parfaitement la redondance des épisodes communs. Il utilise toutes les méthodes littéraires possibles : style journalistique, romanesque, épistolaire, extraits de journaux intimes, de livres d'Histoire et de rapports officiels. Le chassé croisé des évènements devient un puzzle complexe mené de plume de maître, un maître qui domine sa chronologie, fut-elle réinventée.
Si l'uchronie se glisse donc dans l'œuvre, cette dernière n'en n'est pas moins une dénonciation de l'horreur de la guerre. Les combats aériens sont bien documentés. Quant aux villes en ruines suite aux bombardements, qu'elles soient anglaises ou allemandes, leurs descriptions sont malheureusement très réalistes. Elles ont l'odeur de la poussière et la couleur des gravats tels qu'Heinrich Böll - Les Enfants des morts (Haus ohne Hüter, 1955) - a pu lui aussi les évoquer dans certaines de ces œuvres.
La performance de Priest tient donc de plusieurs ressorts : la qualité et l'utilisation de toutes les gammes de l'écriture, la maîtrise de sa chronologie malmenée et de l'insertion subtile et progressive des éléments uchroniques, l'originalité de ces derniers, le travail documentaire sous-jacent apportant le réalisme indispensable aux décors.


Christopher Priest La séparation (The separation, 2002) • Folio SF
🏆 2002 Bristish Science-fiction 🏆 2003 Arthur C. Clarke 🏆 2006 Grand prix de l'Imaginaire

 


Crédits images, textes ©2008-2021 Erwelyn - Article publié sur l'ancien blog de la librairie Soleil Vert en décembre 2008 - Mise à jour en juin 2021 - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article