📚 RAY BRADBURY - MAIS À PART çA TOUT VA BIEN (QUICKER THAN THE EYE, 1996)

📚 RAY BRADBURY - MAIS À PART çA TOUT VA BIEN (QUICKER THAN THE EYE, 1996)


Quatrième de couverture
21 nouvelles inédites soufflées à Ray Bradbury par les voix matinales de son théâtre intérieur, et où, dans son style inimitable, le toujours jeune écrivain démontre que le mystère, la magie, le merveilleux nous attendent au coin des rues apparemment les plus familières. Un bain de poésie, d'humour et d'émotion.
 

Extraordinaire recueil de Ray Bradbury dans lequel on trouve quelques titres anciens ou récents parus uniquement en revue et surtout des nouvelles inédites écrites à la fin des années 1990.
Ce ne sont pas des nouvelles de science-fiction (rares sont celles qui s'en approchent). Le fantastique y est prédominent mais dans sa forme métaphorique pour mettre en lumière la psychologie humaine. Tous ces textes décrivent les grandes étapes de la vie et les tourments et questionnements qu'elles peuvent engendrer : La Marelle (le passage de l’adolescence à la maturité) ; Qui se souvient de Sacha ? (l'enfantement) ; À neuf ans neuf ans et demi (sur la relation de couple et la condition féminine) ; Dans de beaux draps (la vieillesse, commune aussi à Meurtres en douceurs). La nostalgie du temps qui passe, des souvenirs de jeunesse, d'un passé qui ne peut plus être est fortement appuyée dans Échange ou Bug. Oui, l'âme humaine y est décortiquée avec subtilité. Et toujours avec une sublime écriture même quand l'auteur nous dresse le portrait lovecraftien d'un Dorian in Excelsius. L'horreur y est magnifiée par la richesse du vocabulaire. De l'humour se glisse de ci de là notamment dans Unterseaboat, en tout cas, au premier degré. Mais ne nous méprenons pas sur son aspect déjanté, voire déroutant, car avec son psychokaléidoscope, Ray Bradbury transcende les noirceurs du subconscient. L'humour encore, mais noir, avec les deux petits vieux de Meurtres en douceur. Avec Cette fois-ci, legato, il évoque la quête d'inspiration, parfois obsessionnelle, des artistes. On croise aussi plusieurs fois le monde du spectacle avec ces personnages et ces numéros de fêtes foraines qui rappelleront un roman de l'auteur, La foire des ténèbres.
Comme dans tout recueil, on ne peut pas être touché par tous les récits. Certains d'entre vous n'apprécieront pas ceux qui m'ont le plus marquée, et moi j'ai laissé s'échapper quelques récits dans lesquels je n'ai su capter la profondeur ou la dimension métaphorique pour en comprendre le sens ou le message... mais à part çà tout va très bien.


Le Chien est mort, mais à part çà tout va très bien (No News or What Killed the Dog ?, 1994) ♥♥
Parabole sur la mort et l'immortalité
 

Unterderseaboat Doktor (Unterseeboot Doktor / Unterderseaboat Doktor, 1964) ♥♥♥
[Nouvelle écrite en 1964 mais publiée seulement en 1994 dans le numéro de janvier de Playboy]
Un psychiatre, ancien capitaine de la flotte sous-marine d'Hitler, semble faire le lien entre sous-marin et subconscient devant son patient interloqué.


Échelle de Sakharov/Richter (Zaharoff/Richter Mark V, 1994)
Pourquoi avoir construit des villes là où, précisément, des tremblements de terre sont à redouter ?
 

Qui se souvient de Sacha ? (Remember Sascha?, 1996) ♥♥
Nommer un enfant immensément désiré peut-il suffire à le faire exister ? 


Dans de beaux draps (Another Fine Mess, 1995) ♥♥
Deux vieilles femmes pensent entendre les fantômes de Laurel et Hardy dans l'escalier de leur immeuble. Suite d'une autre nouvelle de Bradbury : Laurel and Hardy Love Affair (1987). Peut se lire indépendamment.
 

L'Électrocution (The Electrocution, 1946)
[Première publication dans le numéro d'août 1994 de The Californian]
Dans une fête foraine, on assiste au numéro d'Electra, la femme électrocutée.


La Marelle (Hopscotch, 1979) ♥
[Première publication sous le titre A Summer Day dans la revue Redbook d'
Passage de l'enfance à l'adolescence.
 

Pas vu pas pris (The Finnegan, 1995) ♥
Qu'est-il arrivé à ces trois garçons retrouvés exsangues dans une forêt britannique ? Un détective mène l'enquête. Conte de nature victorienne.


Une femme sur la pelouse (That Woman on the Lawn, 1995)
Qui est cette jeune femme que l'on entend, la nuit, pleurer sur la pelouse du jardin ?
 

Meurtres en douceur (The Very Gentle Murders, 1994) ♥♥♥
Dans un vieux couple chacun cherche à tuer l'autre.


Mademoiselle Vif-Argent (Quicker than the Eye, 1995)
Un couple assiste au spectacle d'une pickpocket.
 

Dorian in Excelsus (Dorian in Excelsis, 1995) ♥♥
Une variante horrifique du Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde


L'Autre route (The Other Highway, 1996) ♥♥♥
Quand l'autoroute est devenue la seule voie autorisée, une femme décide d'emprunter une petite route secondaire.
 

La Porte aux Sorcières (The Witch Door, 1995)
Qui se cache dans votre maison, derrière ce que vous appelez « la porte aux Sorcières », pour échapper à de mystérieux poursuivants ? 


Le Fantôme dans la machine (The Ghost in the Machine, 1996) ♥♥
Un vieil homme, pris pour un aliéné, est sur le point de découvrir une invention révolutionnaire.
 

À neuf ans neuf ans et demi (At the End of the Ninth Year, 1995)
Sur le couple et la condition féminine.


Bug (Bug, 1996) ♥♥
Deux camarades de lycée se retrouvent après quelques années. L'un est devenu écrivain, l'autre, Bug, qui se vantait d'être un très grand danseur, vend des hotdogs.
 

Cette fois-ci, legato (Once More, Legato, 1995) ♥♥♥
Et si les plus grands musiciens n'avaient fait que copier le chant des oiseaux ? 


Échange (Exchange, 1996) ♥♥♥
Un jeune homme se rend à la bibliothèque où il passait, enfant, tout son temps libre et y retrouve la même bibliothécaire.
 

Terre à donner (Free Dirt, 1996) ♥
Un gardien de cimetière donne son surplus de terre.


Les Derniers sacrements (Last Rites, 1994) ♥♥
Quand le voyage dans le temps permet, sur leur lit de mort, de rassurer les auteurs sans succès sur le succès futurs de leurs œuvres.
 

Hâtons-nous de vivre - En guise de posface (Make Haste to Live : An Afterword, 1996)
Post-face courte mais suffisante à nous présenter la génèse des récits de ce recueil par l'auteur lui-même.

📚 RAY BRADBURY - MAIS À PART çA TOUT VA BIEN (QUICKER THAN THE EYE, 1996)

MARS DANS LE TEXTE

Même s'il n'y a aucune nouvelle martienne dans ce recueil, Ray Bradbury ne manque jamais une occasion de faire référence à la planète rouge. Dans Qui se souvient de Sacha ? (Remember Sascha?), le futur père s'interroge : « Quand ferons-nous la connaissance de l'envahisseur martien ? ». Plus loin, dans Une femme sur la pelouse (That Woman on the Lawn), il évoque au travers de son protagoniste, un vrai souvenir de lecture :

À douze ans, j'ai lu les romans martiens d'Edgar Rice Burroughs. Le personnage, John Carter, s'y tenait sous les étoiles et tendait les bras vers Mars en demandant d'y être emporté. Et Mars s’emparait de son âme, l'arrachait dans l'espace telle une dent douloureuse pour la déposer dans les mers mortes de la planète rouge.

Et ce roman de Burroughs, John Carter, le guerrier de Mars, sera encore évoqué dans Échange (Exchange), une des plus belles nouvelles de ce recueil.


Ray Bradbury ...mais à part ça, tout va bien (Quicker than the Eye, 1996) • Folio
 


Crédits images, textes ©2021 Erwelyn - Ne pas reproduire sans autorisation

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article